Chlorégraphies

Lou Parisot

Crédit photos: Maria Giovanni 

" Dès l’âge de six mois, l’opération bienfaisante qui consiste à être bébé-nageur m’aida indéniablement à coordonner mes mouvements.

Ce fut aussi le moment de tester sur moi les tous premiers effets du chlore provenant des électrolyseurs de piscines.

J’avais, dès ce stade, acquis une vision de l’eau plus cruelle.

De la fonction primitive apaisante de l’eau vint la maîtrise du sublime, l’effort orchestré et la coordination collective,
ordonnés par ma professeure de natation dite « synchronisée ».
Une pratique, qui loin de l’improvisation implique gélatine alimentaire, silicone, sequins et rythmes autoritaires.

Cet univers, que j’apprivoisais de manière haptique de par ma quasi-cécité, se transféra plus tard sur l’art de l’assemblage qui est le mien.

La correspondance des objets entre eux, nous dévoile une rigueur poétique et une concordance acharnée."

Lou Parisot